Comment se recentrer avec une technique créative ?

BoudhaParfois nos pensées nous jouent des tours. Une idée négative en entraine une autre, le petit vélo là haut tourne à plein régime et rarement pour pédaler dans la bonne direction ! Alors nos émotions s’en mêlent et nous commençons à ne pas nous sentir bien. Ça brasse dans le ventre, la gorge se serre peut être. Nos actions sont moins efficaces, voir nous ne savons plus par où commencer et là c’est l’inaction qui pointe son nez. Avec la culpabilité qui va avec « vu la situation tu ferai bien de te bouger un peu au lieu de laisser les minutes s’écouler sans rien faire ».

Je viens de vous décrire ce que j’ai vécu ce matin et qui m’a donné l’envie de vous partager une de mes techniques de recentrage.

On dit souvent que dans ces situations, il est bon de respirer, de faire quelques minutes de méditation etc….
Oui bien sur c’est très utile mais parfois j’ai besoin d’autre chose.

Alors dans ces moments là, j’utilise une technique de collage intuitif. Ça me prends 10 minutes grand maximum et c’est super efficace (d’ailleurs je me suis mise à écrire cet article à la suite).

Pour cela il vous faut : Lire la suite …

Une petite phrase qui peut changer votre vie

burn outCette phrase je l’ai entendue pour la 1ère fois en 2012, lors d’une journée de ma formation coaching. J’étais à cette époque Directrice régionale des ventes dans une grosse entreprise internationale et la situation était comment dire : au minimum très complexe, en réalité très difficile. Changements d’organisation et d’orientation de style managérial qui créaient de fortes tensions avec ma hiérarchie et mes équipes par voie de conséquence. Je voyais presque tout en noir, en négatif, en problème…

Et puis j’ai entendu cette phrase qui m’a fait comme un électrochoc, une prise de conscience.

« Ton énergie se déploie, là où ton attention se porte ».

ça peut paraître anodin comme phrase, mais si vous vous posez quelques minutes pour y réfléchir je vous promets que non.
A la lumière de cette phrase, j’ai compris qu’en focalisant mon attention sur ce qui n’allait pas, je ne voyais même plus ce qui fonctionnait bien. Pire, en focalisant mon attention sur ce qui n’allait pas, j’amplifiais comme par magie le problème qui prenait de plus en plus de place, et je ne laissais aucun espace de réflexion à des idées innovatrices et créatives.

Mais le plus puissant dans cette histoire c’est que j’ai tout de suite vu la spirale positive qui pouvait s’installer. En portant mon attention ailleurs, je pouvais déployer mon énergie ailleurs !
Alors, dès le lundi matin, j’ai arrêté de passer des coups de fil à mes collègues sur le thème « t’as vu c’est encore n’importe quoi ce qu’ils demandent » et autres conversations de ce genre. J’ai résolument décider de regarder ce qui allait bien : le super service rendu à nos clients, les relations parfois très privilégiées que j’avais avec eux, les bonnes nouvelles business, et les progrès de mes collaborateurs.
Ça ne veut pas dire que j’ai occulté les problèmes, non ils étaient toujours là, mais à leur juste place et sans me prendre toute mon attention et mon énergie.
Mon vécu de la situation s’est rééquilibré peu à peu
Ça n’a pas changé profondément les orientations souhaitées par la direction car je n’avais pas la main là dessus, mais cela m’a surement évité un épuisement professionnel programmé.

Alors dans des situations complexes, lorsque vous avez l’impression de voir tout en noir ou que rien ne va, relisez cette phrase et demandez-vous où vous portez votre attention, et si un changement de direction pourrait être salutaire 😉

Dites moi dans quelle situation pour auriez pu utiliser cette phrase et ce que cela aurait pu changer ?

Comment sortir de sa zone de confort pour progresser ?

superheroChaque jour nous agissons, nous répétons souvent les mêmes gestes, les mêmes rituels, les mêmes actions. Pour certaines choses c’est très utile, comme la routine du matin. Car si tous les matins je devais me demander par quoi je commence, comment je prends ma douche, si j’emmène les enfants à l’école à pied, en bus ou en voiture….ça serait fatigant et peu efficace. Donc les routines ont du bon, par contre quand toute sa vie devient une routine : je me lève toujours à la même heure, je vais au boulot par le même chemin, je dis bonjour aux mêmes personnes, de la même manière, je fais quasiment les mêmes tâches jour après jour, je déjeune avec les mêmes personnes au même endroit, le soir ma routine est la même et le weekend je fais les mêmes activités, rencontre les mêmes amis et je peux même pousser jusqu’à partir en vacances toujours au même endroit ….Là se pose un vrai problème. Vous trouvez que j’exagère, regardez bien votre quotidien et comment vous l’organisez, et dites vous objectivement si ce n’est pas un reflet assez juste de votre vie ?

Vous êtes comme plus de 80% des gens dans votre zone de confort ! Ce que vous faîtes par habitude, que vous connaissez, qui ne bouscule ni votre façon d’agir, ni celle de penser.
Le souci c’est que la réalisation de vos aspirations de vie, de ce que vous avez envie de vivre (et donc que vous ne vivez pas encore) se trouve à l’extérieur de cette zone de confort (sinon vous auriez déjà réalisez vos aspirations ;-))
Et oui la mauvaise nouvelle c’est que votre chemin de progrès, d’évolution, la réalisation de vos projets ambitieux se trouvent là où vous n’êtes pas encore !

La bonne nouvelle c’est qu’il y a plein de moyens d’agrandir votre zone de confort et d’élargir ainsi votre champ d’actions possibles.
Alors voici quelles pistes pour y travailler, car oui ça demande un vrai effort et de la persévérance ! Lire la suite …

BONNE année 2016 !

BONNE ANNEEComment ne pas commencer l’année en vous souhaitant le meilleur pour 2016 !
Que cette année vous apporte bonheur et réussite. Qu’elle vous permette de réaliser vos projets professionnels et personnels.

En fait, en préparant cet article je me disais que tous les ans nous souhaitons la même chose ou presque, comme un rituel quasiment vider de son sens. Qui se pose un moment, réfléchi sérieusement à ce qu’il veut entreprendre, vivre lors du passage à une nouvelle année ? Qui se pose ensuite la question des ressources dont il a besoin pour y arriver ? Quand je dis ressources, j’entends comportements à adopter, compétences à développer ou à acquérir, capacités à renforcer. Ce qui implique de se poser la question « Que dois-je faire évoluer dans ma façon de faire pour réussir ce que je veux entreprendre ou vivre durant cette nouvelle année ? ». Et ensuite les mettre en œuvre !

Honnêtement, qui fait cela aussi « sérieusement » que cela ou plutôt aussi consciencieusement que cela ? Pas au sens de bien s’appliquer, comme on nous le répétait à l’école, mais en conscience !
Je pense moins de 2% de la population.

Pour quelles raisons ? Lire la suite …

3 choses essentielles à faire avant la fin d’année !

coeurLa semaine dernière je préparai mon article avec l’idée de vous partager les 5 choses à faire avant de changer d’année.
Et puis, le 25 décembre au soir ma maman a fait un AVC. Elle a été prise en charge très rapidement et récupère très bien, heureusement. Cet événement m’a beaucoup interpellée sur ce qui est important de faire dans sa vie, d’y vivre.
Alors ce matin, j’ai simplement envie de vous dire qu’il y a trois choses essentielles pour moi à faire avant cette fin d’année. Et d’ailleurs à faire tous les jours, au fil de l’eau, sans attendre et reporter sans cesse à demain parce qu’il y a des choses soit disant plus urgentes ou importantes à faire. Ces trois choses sont simples et ne demandent pas de moyen, simplement d’ouvrir son cœur (ce qui n’est pas toujours simple j’en conviens). Lire la suite …

Mes 4 cases pour 2016 et ce que j’ai découvert.

changement 2016Cette semaine j’ai pris une feuille blanche, je l’ai divisée en 4 et me voilà parti à réfléchir sur ce que :
• Je veux arrêter
• Je veux commencer à faire
• Je veux alléger
• Je veux renforcer, développer
En faisant l’exercice, j’ai découvert quelque chose d’encore plus instructif.
Au delà de ce que vous écrivez, ce qui est intéressant à regarder est ce qui se passe pour vous quand vous faites cet exercice. Est-ce que c’est simple ? Est-ce que ça vous agace ? Avez-vous l’impression de perdre du temps ? Est-ce que cela vous met en énergie ?
Quelles cases sont les plus simples à remplir, celles que vous trouvez difficiles ? Voyez-vous un lien entre la difficulté ou la facilité à trouver quelle chose à inscrire dans une case et votre comportement naturel ?

Pour ma part la 1 ère case remplie a été « ce que je commence à faire » et ensuite « ce que je renforce, développe ». C’est en bloquant sur « ce que j’arrête » que je me suis rendu compte du phénomène. Mais, ce n’est pas une surprise, c’est un axe de développement pour moi « accepter de ne pas en faire toujours plus, d’avoir des moments de « vide » dans mon agenda ».
Alors oui, je prends conscience que ce mode de pensée est encore très ancré en moi. Le combattre n’a pas de sens, je suis ainsi et cela peut être d’ailleurs une très belle ressource. Je sais simplement aujourd’hui que je dois continuer à être vigilante à ne pas dépasser la limite de mon écologie personnelle. En clair, ne pas trop charger mon agenda au risque de m’épuiser et de devenir moins efficace.
Alors j’ai décidé : Lire la suite …

4 cases pour 2016 !

Diapositive1La fin d’année arrive, et votre énergie, votre regard se portent déjà sur la nouvelle année qui s’annonce. En 2016, je ferai, j’aurai le temps pour….Il y a cette idée un peu magique à laquelle on aimerait tous croire, du style : « l’année prochaine ça va changer », « je ne repasse pas une année comme 2015 »…. Mais pour ma part je n’ai pas trouvé la baguette magique, et je sais depuis trop longtemps que le Père Noël n’existe pas ☹
Alors si vous voulez que 2016, soit vraiment différente de 2015, je vous invite à prendre une feuille, un stylo et une bonne heure tranquille !
Divisez votre feuille en 4 espaces et inscrivez-y dans chacune des cases : Lire la suite …

Quand le corps « bloque » la performance.

STOPLa semaine dernière j’ai été malade. Pas un simple rhume, non, surement une angine, mais comme je ne suis pas allée chez le médecin je ne sais pas …
Alors j’ai pris du retard dans ma semaine, j’ai dû ralentir, et je n’ai pas eu le temps, ni l’énergie d’écrire mon article de la semaine. ;-(
Alors, aujourd’hui j’ai simplement envie de vous partager ce qui se passe désormais pour moi et comment je gère quand mon corps ne suit pas.
Dimanche dernier, je sentais bien que je couvais quelque chose, comme disait ma grand-mère.
Il y a quelques années j’aurai quasiment nié mon état physique en me répétant, « ça va le faire » et j’aurai maintenu mon agenda, quitte à pousser encore plus mon corps, pour pouvoir me dire en fin de semaine « tu vois ça a tenu ». Oui mais à quel prix ? Pour mon corps, mais aussi quelle réelle qualité de travail, quelle performance réelle dans ce que j’ai produit ? Lire la suite …

Quand prise de recul rime avec gratitude

IMG_0825Prendre du recul est essentiel pour savoir si nous allons dans la bonne direction, pour ajuster nos actions, voir nos objectifs et aussi pour se rendre compte du chemin parcouru. C’est aussi le moment de reconnaître les bons moments, les belles choses qui nous arrivent, d’en prendre pleinement conscience, de les savourer et faire ainsi grandir notre sentiment de bonheur.
Mais comment dans ce monde de l’instantané, où tout va si vite ne pas se faire happer par le tourbillon de la vie et vivre uniquement en mode pilote automatique ? Vous me direz le pilote automatique est confortable, oui mais il ne vous amène que où vous savez déjà aller ! Donc si vous souhaitez évoluer ce n’est pas la meilleure option.

Alors pour prendre du recul rien de tel que de prévoir un rendez-vous avec soi même.
Je sais que l’expression peut paraître surprenante voir incongrue car me direz-vous je suis tout le temps avec moi même. En êtes-vous si sûr ? Quand prenez-vous réellement le temps de vous arrêter d’agir pour réfléchir sur comment vous agissez ? Quand prenez-vous réellement le temps de vivre et savourer les petits plaisirs de la vie ? Quand faites-vous « pause » pour sentir, ressentir ce qui se passe en vous ?
Rendez-vous avec soi-même mode d’emploi 😉 :

Une fois par semaine 1 heure à inscrire dans votre agenda pour (ce rdv est aussi important que les autres et il ne doit pas « sauter » pour faire de la place ☺):

• listez les choses positives qui vous sont arrivées
Une fois la liste faîte, posez-vous la question : « quels besoins ont été satisfaits ?»
Ex : un déjeuner avec une personne chère → besoin de partager ou d’être présent(e)
Un contrat signé → besoin de reconnaissance ou de sécurité
Un café seul(e) en terrasse → besoin de solitude ou de prendre son temps
Observez au fil du temps si certains de vos besoins ne sont pas satisfaits et si c’est le cas ce que vous pourriez faire pour les satisfaire.
• listez les gratitudes et encore mieux partagez-les.
• posez-vous la question de ce que vous avez envi de faire la semaine prochaine.

Je vous invite à mélanger les différents domaines de vie.
Bénéfices directs : vous prenez le temps de regarder le chemin parcouru, ce qui va bien, et ce que vous voulez faire.

Une fois que le rythme et le mécanisme sont bien intégrés, vous pouvez changer la fréquence, tous les 15 jours ou tous les mois. Vous pouvez aussi en faire un gros en fin d’année ou en faire chaque jour dans les moments de doute ou de « turbulences ».

Un conseil, utilisez un joli carnet ou cahier !
C’est simple mais extrêmement efficace pour sortir la tête du guidon, mais comme tout les outils ils ne marchent que si vous les utilisez !

Bon rendez-vous et dites moi ce que ça vous apporte, les changements que vous observez.
J’ai hâte de vous lire.
A très vite.

Après l’action …le recul

Après l’action …le recul

Il serait faux de penser que la performance réside uniquement dans la capacité de chacun à être dans l’action, à agir, à faire.

Se fixer un objectif et se dire que j’y arriverais coûte que coûte n’a rien de performant.
Persévérer oui, s’obstiner non !
Définir des étapes, des moments de pause pour regarder sa manière de faire est essentiel. Car qui dit actions, ne dit pas nécessaire actions justes et efficaces.
Et comment se rendre compte que vos actions ne vous amènent pas nécessairement à atteindre votre objectif si vous ne faîtes pas une pause de temps en temps ? Comment identifier que vous pourriez peut être tester une autre façon de faire plus simple, plus économe en temps, en énergie, si à aucun moment vous ne vous interrogez pas sur votre manière de faire ?
La prise de recul, le pas de côté sont indispensables à une performance durable et au développement de votre efficience.
Pour illustrer cela j’ai envie de vous partager un conte métaphorique de Jorge Bucay, « le bucheron obstiné ».
Il était une fois un bûcheron qui se présenta pour travailler sur un chantier de bois d’œuvre. Le salaire était bon et les conditions de travail encore meilleures, aussi le bûcheron voulut-il se montrer à la hauteur.
Le premier jour, il se présenta au contremaître, qui lui donna une hache, et lui affecta un secteur.
Plein d’enthousiasme, l’homme partit couper des arbres dans la forêt.
En une journée, il en abattit dix-huit. « Je te félicite, lui dit le contremaître. Continue comme ça ».
Encouragé par ces paroles, le bucheron décida d’améliorer son rendement le lendemain. Aussi se mit-il très tôt au lit.
Au matin, il se leva avant tout le monde et partit en forêt. Malgré son acharnement il lui fut impossible de réussir à couper plus de quinze arbres.
« Je dois être fatigué », pensa-t-il. Et il choisit de se coucher en même temps que le soleil.
Il se leva à l’aube, résolu de battre son record de dix-huit arbres. Cependant, ce jour-là, il ne parvint même pas à la moitié.
Le lendemain, il n’en abattit que sept, puis cinq, et enfin le dernier jour, il passa tout l’après-midi à essayer de couper son deuxième arbre.
Inquiet de ce qu’allait dire le contremaître, le bucheron alla le trouver et lui raconta ce qui lui arrivait, lui jurant sur tout ce qu’il avait de plus cher qu’il s’escrimait jusqu’à se sentir au bord de l’évanouissement.
« Quand as-tu aiguisé ta hache pour la dernière fois ? lui demanda le contremaître.
– aiguiser ? je n’ai pas eu le temps ! j’ai été bien trop occupé à couper des arbres. »
Et vous, savez-vous repérer quand vous êtes tellement occupé à faire que vous ne regarder pas comment vous le faîtes ?
Dites moi comment vous vous y prenez pour prendre du recul, analyser vos actions et ne pas être continuer à faire …pour faire ?